Une soirée saké réussie!

La rentrée s'est avérée particulièrement chargée pour Konjaku avec consécutivement une conférence/initiation sur la méditation zen, un atelier de calligraphie avec maître Keishu Kawai, et enfin une soirée dégustation sur le saké japonais.
Ce n'était pas la première soirée de ce type que Konjaku proposait, permettant à chaque fois à une grosse dizaine de personnes d'en apprendre un peu plus sur ce "vin" de riz. Mais celle-ci fut un peu particulière.

Pour cette dernière, en effet, ce fut des étudiants du département agriculture de l'université Meijo de Nagoya, accompagnés du professeur Kato Masashi et de Miyata Hisashi san, Président de la Fédération Internationale du Saké, qui sont intervenus pour nous expliquer les bases de la fabrication de ce vin de riz, et surtout faire découvrir à nos convives le fruit de leur travail.

Pour ce projet, les étudiants ont été impliqués dès la plantation du riz utilisé pour la réalisation de leur saké, jusqu'à la démarche de commercialisation des bouteilles.

Les sakés réalisés ont été pensés pour une clientèle occidentale, non seulement dans les choix aromatiques retenus, mais aussi dans le design de l'étiquette, en collaboration avec l'université du manga de Kyoto, afin de viser un public plus jeune. La taille de la bouteille est également entrée dans la réflexion: une bouteille de saké étant en général assez chère en France, en raison des frais de transport, les étudiants ont fait le choix de réduire le volume des bouteilles en passant du classique 720ml à un contenant de 500ml, permettant ainsi de faciliter l'accès au produit à des budgets plus modestes.

Au final le résultat obtenu est assez bluffant et les convives de cette soirées furent unanimes à apprécier les deux flacons proposés à la dégustation.
Le premier, un junmai daiginjo, s'avère facile à boire et relativement sec, chose étonnante pour un nihonshu dont le riz aura été poli à au moins 50%.
Le second, un koshu (vieux saké) de 5 ans possède des caractéristiques légèrement acidulées qui font presque oublier le goût de riz si typique de la plupart des sakés japonais.
Invités à donner leur avis, les participants s'essayèrent à imaginer des mariages possibles entre plats occidentaux et ces deux sakés exclusifs.

Après ce premier tour de chauffe facilité par le CEEJA, les étudiants ont pu dès le lendemain réitérer peu ou prou la même opération avec le public plus large et averti du Cefppa Adrien Zeller.

Si vous voulez vous-même en savoir un peu plus sur la réalisation de cette boisson si emblématique du Japon, jetez donc à notre article sur ce sujet --> ici <--.

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Identifiez vous pour poster un commentaire.

© 2019 Konjaku · Tous droits réservés.