• Les secrets de fabrication des lampes en papier japonais

    Les secrets de fabrication des lampes en papier japonais


  • Les secrets de fabrication des lampes en papier japonais
    Les secrets de fabrication des lampes en papier japonais
  • Les secrets de fabrication des lampes en papier japonais
    Les secrets de fabrication des lampes en papier japonais
Démocratisées en 1951 par le designer japonais Isamu Noguchi et ses lampes akari, les premières traces de lampes en papier datent de l'an 230 av. J.-C. et seraient originaires de Chine.
Initialement en soie ou en papier de riz, les artisans japonais ont très vite développé leurs propres techniques de fabrication à base de papier washi. Les lampes devinrent ainsi plus légères et adoptèrent leurs formes particulières qu'on retrouve encore aujourd'hui au Japon. La lumière qui émane des lampes en papier washi semble naturelle et offre un brin de poésie qui sied à merveille à l'ambiance zen et épurée de la culture traditionnelle japonaise.
Des matériaux utilisés aux produits finis, en passant par les étapes de fabrication, Konjaku vous propose dans cet article de découvrir les secrets de fabrication de ces lampes intemporelles.

Les matériaux utilisés dans la fabrication des lampes japonaises en papier

Le papier qui dure 1000 ans : le washi

Ceux qui ont lu l'article sur les secrets de fabrication du papier washi le savent, ce papier est principalement issu d'un arbuste de la famille des mûriers appelé kozo. Ses longues fibres donnent au papier sa rigidité et sa transparence, qui en font un matériau parfait pour la fabrication des lampes et lanternes japonaises.

Le bambou, un basique de l'artisanat japonais

Traditionnellement, l'ossature de la lampe japonaise traditionnelle est en bambou. Mais par souci d'économie, certains industriels utilisent de fines tiges d'acier recouvertes de papier.

Certains créateurs sont capables de créer des lampes en papier washi sans structure en bois, grâce à une méthode de moulage. La superposition de couches de papier washi collées entre elles sur un moule en résine permet à la structure de se maintenir en forme sans armatures. Lorsque ces lampes en papier sont allumées, on voit la structure complexe des bandes collées par transparence. C'est un peu la signature des designers et artisans qui réalisent ces œuvres d'art lumineuses.

La colle, le troisième ingrédient essentiel pour fabriquer un abat-jour en papier japonais

En vérité, ce n'est pas une colle qui est utilisée pour la fabrication des lampes en washi, mais bien deux colles différentes.

La première est une colle blanche type colle vinylique. Elle va être appliquée aux deux extrémités du moule afin de maintenir les bandes de papier washi.

La seconde est une sorte de colle à papier peint du type méthylcellulose ou colle d'amidon. Elle sera appliquée directement sur l'ossature bois, là où seront positionnées les bandes de papier washi.

Les étapes de fabrication des lampes traditionnelles en papier washi

Dans la fabrication traditionnelle des lampes, on choisit d'abord la structure en bois qui définit la forme finale de la lampe. Certains designers qui travaillent sans ossature en bambou choisissent leurs moules en résine.

Ensuite, on place à une extrémité un cercle en bois ou une tige en acier recouverte de papier sur lesquels on vient fixer un morceau de bambou qu'on déroule en spirale le long du moule.
C'est l'ossature de la lampe en papier. Arrivé au bout, on ferme la structure de la même manière.

Les colles sont appliquées sur la tige de bambou, puis les artisans appliquent des bandes de papier washi. Pour bien le positionner, le papier est humidifié puis marouflé. Si nécessaire, le surplus de papier est découpé afin d'obtenir de belles courbes. On procède ainsi jusqu'à ce que toute la structure en bois soit recouverte de papier washi. Voici un petit extrait filmé par Konjaku lors de son enquête à Takayama au Japon.


La lampe passe ensuite par une étape de séchage, soit à l'air libre, soit dans une sorte d'étuve afin que toute la structure se solidifie.

Une fois sèche, on peut retirer le moule ou le support en bois. Suivant le type de lampe, certains artisans créent un pli entre les tiges en bambou afin de donner un aspect froissé à la lampe et faciliter le pliage.

Pour les lampes à motifs, il existe deux options :
  • Soit le papier washi est peint ou calligraphié avant la fabrication de la lanterne ou de la lampe ;
  • Soit, il est peint ou calligraphié à la fin, une fois la lampe sèche et la structure terminées.

Les différents types de lampes en papier washi

Les lustres et suspensions en papier japonais

Il existe différents types de luminaires suspendus au Japon fabriqués à base de papier washi.

Le premier, c'est la lanterne traditionnelle appelée chôchin (提灯). Fabriquée uniquement à base de papier washi, ou de soie, et de bambou, elle est surtout utilisée pour l'éclairage extérieur et pendant les festivals. Il existe aussi des suspensions japonaises beaucoup plus classiques, qu'on peut utiliser en intérieur.

Beaucoup de designers fabriquent ces plafonniers exclusivement avec du papier washi, sans bois, pour donner un effet nuage à la suspension. D'autres utilisent la méthode de fabrication classique avec l'ossature en bambou. Leur particularité se retrouvera dans le travail du papier washi qui pourra être plié, coloré ou texturé, comme les lampes en washi de la société FORES basée à Mino.
 
 

Les lampes de chevet japonaises en papier

Les lampes de chevet en papier japonais sont parfaites pour habiller un coin lecture ou une chambre de style japonais.

Les lampes traditionnelles andon (行灯), étaient utilisées comme lampes portatives. Elles sont surmontées d'une anse afin de pouvoir les transporter facilement. De forme cubique, elles sont constituées d'un cadre en bambou dans lequel sont tendues des feuilles de papier washi.

Aujourd'hui, il existe différents modèles de lampes de chevet japonaises qui s'ajoutent aux traditionnelles lampes andon. On retrouve par exemple des lampes en forme de tubes ou de sphères, des abat-jours en forme de nuages ou même de fleurs. Même le papier washi, qui à l'origine était vierge, est aujourd'hui peint, calligraphié, coloré et même texturé. Un large choix qui permet de créer sa propre décoration japonaise.

Les lampes à poser en papier japonais


Comme beaucoup d'objets japonais, l'origine de ces lampes vient de Chine. Appelée bonbori (雪洞) au Japon, cette lampe est une sorte de lampadaire constitué d'une lampe en papier washi posé sur un pied vertical. Elle était initialement utilisée comme éclairage d'extérieur.

Comme pour les autres lampes, le style des lampes à poser en papier washi a évolué au gré des envies des designers et des artisans japonais. De forme droite et cylindrique aux modèles les plus designs et exotiques, on retrouve dans chaque modèle l'esthétique épurée et délicate des artisans japonais.


Que ce soit dans sa fabrication que dans sa contemplation, la lampe japonaise en papier est un objet de poésie. Fabriquée à partir de matériaux naturels, elle s'intègre parfaitement dans un intérieur de style japonais. D'ailleurs, si vous cherchez d'autres idées déco pour transformer votre chambre en chambre japonaise, nous vous donnons quelques conseils dans notre article sur le sujet.

La sélection Konjaku de lampes japonaises


© 2022 Konjaku · Tous droits réservés.