• Kimono, yukata : le guide indispensable

    Kimono, yukata : le guide indispensable


  • Kimono, yukata : le guide indispensable

    Kimono, yukata : le guide indispensable


  • Kimono, yukata : le guide indispensable

    Kimono, yukata : le guide indispensable


  • Kimono, yukata : le guide indispensable

    Kimono, yukata : le guide indispensable


  • Kimono, yukata : le guide indispensable

    Kimono, yukata : le guide indispensable


Si on vous dit « tenue traditionnelle japonaise », vous pensez « kimono » ?
Vous avez raison. Mais savez-vous qu’il existe plusieurs sortes de kimonos ? Ou que le yukata se porte pieds nus ?
Dans cet article, vous apprendrez à faire la différence entre un kimono et un yukata comme un pro. Vous découvrirez aussi les origines du kimono, du yukata et des autres vêtements traditionnels du Japon.




L’habit traditionnel japonais le plus connu : le kimono

L’origine du kimono japonais

À l’origine, le terme « kimono » signifie littéralement « quelque chose à porter ». C’est un terme général pour parler de tous les vêtements traditionnels du Japon. Aujourd’hui le mot kimono est utilisé pour parler du vêtement en tant que tel. Connu pour être porté par les geishas, le kimono se porte autant par les femmes que par les hommes.

Comme beaucoup d’éléments de la culture nippone, les kimonos sont inspirés de tenues chinoises. Datant de l’ère Asuka (milieu du VIe siècle à 710), les kimonos sont d’abord portés par l’aristocratie japonaise. C’est sous l’ère Heian (794-1185) que les motifs et les styles deviennent plus élaborés. Les règles relatives au port du kimono, telles qu’on les connait aujourd’hui se mettent en place sous l’ère Edo (1603-1868).

Les différents types de kimonos

Parmi ces règles, il existe des classes qui définissent le prestige du kimono. Rien que chez les femmes, on compte 13 kimonos différents. Ils sont choisis en fonction de la cérémonie et de la personne qui le porte.  Certains kimonos ont aussi un rang suivant leur matière, leur couleur et leur motif. Quelques exemples de kimono portés par les femmes :
  • Le furisode est un kimono de cérémonie à manches longues. Il est porté par les jeunes femmes célibataires pendant la cérémonie de passage à l’âge adulte.
  • Le tomesode est un kimono traditionnel porté par les femmes mariées durant les cérémonies importantes. Le kimono est généralement noir, imprimé avec les armoiries familiales appelées « mon ».
  • Le mofuku est destiné aux funérailles. D’un noir uni, il ne sert que durant ces occasions.
  • Le hômongi est le kimono le plus courant. Il peut être porté pour le Nouvel An ou pour rendre visite à quelqu’un.

Le kimono dans la société japonaise d’aujourd’hui

Vous connaissez Harajuku ? C’est LE quartier de la mode à Tokyo. On y trouve un très grand nombre de magasins aux styles vestimentaires différents. Mais la grande majorité des Japonais ont adopté la mode occidentale. Contrairement à l’image véhiculée dans les médias, il est rare de croiser un Japonais en kimono dans les rues de Tokyo. Les habits japonais traditionnels sont surtout portés par les personnes d’un certain âge.

Pourtant, certains métiers continuent de s’exercer en tenue traditionnelle. En voici quelques exemples :
  • Les maiko (apprenties geishas) et les geishas portent des kimonos colorés au col plongeant. Les obis sont portés très long et peuvent même toucher le sol.
  • Les kannushi, prêtres shintoïstes, portent un uniforme blanc composé d’une longue robe et d’un hakama.
  • Les sumos portent des kimonos aussi bien dans leur vie quotidienne que pendant les tournois.
  • Les nakai sont les femmes qui font le service dans certains restaurants ou dans les ryokan. Elles sont, elles aussi, vêtues d’un kimono.

L’art de porter un vrai kimono japonais

Le kimono ressemble à une grande robe en forme de T. Ils sont fermés à l’aide d’une ceinture appelée obi. Le kimono se porte avec des chaussettes, les tabis et des sandales en bambou ou en cuir, appelées zori.

Le kimono est l’habit traditionnel le plus long. Le bas du tissu touche quasiment le sol. Pourquoi ? Pour ne pas voir la démarcation des tabis quand les Japonais s’assoient.

Vous voudriez apprendre à mettre correctement un kimono ? N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à notre petit tutoriel.

Le yukata : un style japonais confortable et abordable

Yukata : le « tube » de l’été

Utilisé à la base comme peignoir, le Yukata vient des kanjis « se baigner » et « se vêtir ». D’ailleurs, il est toujours fourni dans les ryokan, auberges traditionnelles, comme vêtement à porter après un bain dans les sources chaudes (onsen). Certains portent aussi le yukata comme vêtement d’intérieur, ou comme pyjama.

Aujourd’hui, le yukata est principalement porté en été. Très coloré, il est porté pendant les différents festivals (matsuri) et les feux d’artifice d’été.

Le yukata fait partie des 13 sortes de kimonos. C’est la classe de kimonos la plus décontractée et la moins prestigieuse. Contrairement au kimono, il n’est jamais porté durant les cérémonies formelles.

L’art de porter un yukata

Lorsqu’ils s’habillent en yukata, les Japonais chaussent des getas en bois. Comme elles sont portées en été, ces getas sont portées pieds nus. Comme il n’y a pas de tabis, le yukata est plus court que le kimono. Le bas du tissu doit atteindre le dessus des pieds.

Longtemps considéré comme un peignoir, il est beaucoup plus facile de mettre un yukata qu’un kimono. Certaines Japonaises portent le yukata « façon kimono » pour avoir l’air plus élégantes, en ajoutant des accessoires.

Que ce soit pour le kimono ou le yukata, il existe une règle à ne surtout pas oublier : le pan gauche passe toujours au-dessus du droit. Seuls les défunts et les yokaïs, esprits japonais, portent des habits traditionnels avec le pan droit au-dessus du gauche. Pour vous en rappeler, votre main droite doit pouvoir passer entre les pans du kimono.
Vous voudriez plus d'explications ? Pas de problème, allez jeter un coup d'œil sur notre petit tutoriel.

Yukata et Kimono : faites la différence comme un vrai japonais

La matière, la principale différence entre un yukata et un kimono

Le kimono peut être en soie, en lin, en laine ou en polyester suivant sa qualité et la saison où il est porté. Le vrai kimono en soie est utilisé dans des cérémonies importantes. Son prix varie, mais il peut facilement atteindre plusieurs milliers d’euros. Dans les magasins spécialisés japonais, ils sont fabriqués sur mesure. Il existe des magasins de seconde main, mais les kimonos sont surtout transmis de génération en génération.

Les yukata peuvent aussi être en lin ou en polyester, mais le plus souvent, ils sont en coton.  Le coton permet d’absorber la transpiration pendant les chaudes journées d’été. Il est donc plus commun et abordable. On peut aisément en trouver au Japon pour moins de 100 € dans les magasins de vêtements.

Kimono vs yukata : à chacun ses accessoires

Une autre différence importante, c’est que vous ne porterez pas les mêmes accessoires avec un kimono ou un yukata.

Sous le kimono se trouvent des sous-vêtements : une chemise appelée hadajuban sur lequel se met une sorte de tablier, le susuyoke. Vient ensuite un sous-kimono appelé nagajuban, qu’on attache avec une sous-ceinture, la datejime. Ces sous-vêtements sont utilisés pour ne pas salir le kimono, très difficile à nettoyer.

Le kimono est noué avec un obi. Le obi est une ceinture large qui vient sublimer le kimono. Pouvant atteindre plusieurs mètres de long, il est très difficile à nouer. Il existe une multitude de nœuds différents qui dépendent de la personne qui le porte et de l’occasion. Savoir nouer un obi est un vrai savoir-faire au Japon, qui demande des années de travail.

Par-dessus le obi s’ajoute une cordelette appelée Obijime. Comme pour le obi, le nœud a son importance et varie selon la cérémonie.

Enfin, le kimono est porté avec des chaussettes, les tabis, et les zoris traditionnelles.

Pour le yukata, il n’y a pas de sous-vêtements. Le obi est quant à lui moins large et plus fin pour ne pas tenir trop chaud. C’est la raison pour laquelle un yukata est beaucoup plus facile à porter qu’un kimono. Les geta se portent sans chaussettes.

A chaque occasion son habit traditionnel japonais

Vous l’aurez compris, les yukatas et kimonos ne se portent pas pour les mêmes occasions.

Le yukata est souvent porté par les jeunes Japonais et Japonaises pendant les festivités d’été ou dans le ryokan.

Contrairement au yukata, le kimono peut se porter aussi bien en été qu’en hiver. Le kimono d’été (natsumono) est une marque de prestige au Japon. Il est beaucoup plus formel que le yukata.

Sachez qu’il n’est pas impoli de porter un kimono au Japon si vous êtes étranger. Au contraire à Kyoto, l’industrie du tourisme à démocratiser le kimono. Il est courant de trouver des magasins de location où vous serez habillé par des professionnelles. Vous pourrez ensuite arpenter les rues de la ville jusqu’au temple Kiyomizu Dera habillé comme un vrai japonais.

Découvrez les autres vêtements traditionnels Japonais

L’uniforme des festivals japonais : le happi

Historiquement, le happi est un uniforme de travail. On y trouvait dans le dos le symbole du groupe auquel appartenait le porteur. Plus proche du manteau que de la robe, il était de couleur noir ou indigo.

Aujourd’hui, le happi est devenu un vêtement en coton porté lors des matsuri. De différentes couleurs, il peut être uni ou à motif. On y trouve imprimé dans le dos, les armoiries des familles ou le kanji matsuri. Sur le col, est écrit le nom du festival ou des associations participantes. En plus du happi, les festivaliers portent souvent un hachimaki, un bandeau fabriqué à partir d’une serviette tenugui enroulée sur elle-même.

Hanten et haori : les manteaux japonais

Le hanten et le haori sont des vêtements traditionnels qui s’apparentent à nos manteaux.
Le haori est généralement porté par-dessus le kimono en automne ou au printemps. Vêtement réservé d’abord aux hommes, le haori s’est démocratisé au cours des siècles à toute la population japonaise. S’il reste majoritairement masculin, les femmes le porte aussi comme un gilet mi-saison. Le haori est devenu un incontournable de la mode traditionnelle japonaise. On le retrouve d’ailleurs dans nos magasins occidentaux, vendus comme des kimonos courts.

Le hanten est l’équivalent du haori mais pour l’hiver. C’est un des rares vêtements traditionnels à être porté à la fois par les femmes et les hommes. C’est aussi un des seuls à ne pas être porté que par l’aristocratie japonaise. Plus lourd que le haori, le hanten est doublé avec de la ouate de coton épaisse afin de tenir chaud.

Comment choisir entre le happi, le hanten, et le yukata.

Tout dépend de votre utilisation. Si vous souhaitez respecter les traditions japonaises, choisissez le vêtement qui correspondra le mieux à l’occasion pour lequel vous le portez. Si vous voulez juste vous faire plaisir et avoir un style japonais, faites comme vous le sentez.

Sachez que pour différencier rapidement le yukata, le happi et le hanten, vous pouvez comparer leur longueur. Le yukata descend jusqu'aux pieds, tandis que le happi s'arrête le plus souvent au niveau du genou. Le haori et le hanten prennent la forme d'une petite veste descendant à peu près jusqu'aux fesses. Le hanten est beaucoup plus lourd et épais que le haori. Il vous sera difficile de confondre les deux.

Différence entre un yukata, un happi, et un hanten

Le jinbei, le confort à la japonaise

Porté en intérieur ou comme pyjama, le jinbei est principalement utilisé par les hommes. Fabriqué en coton, il est aussi utilisé l’été pendant les festivals. Le jinbei est composé d’une veste à manches mi-courtes et se rabat à la manière d’un kimono. Le bas est constitué d’une sorte de short ample arrivant aux genoux. Il se porte pieds nus avec des geta.

Traditionnellement, le jinbei est de couleur bleue ou verte. Mais depuis quelques années il se décline aussi dans des couleurs plus sobres comme le noir, le gris, le bleu foncé. Le jinbei peut être uni, ou avec des motifs géométriques discrets.

Le samue, une tenue sacrée

Le samue ressemble au jinbei mais les manches et les jambes sont longs. Utilisé traditionnellement par les membres du clergé bouddhiste, il est aussi utilisé comme vêtement d’intérieur.

Le hakama, le pantalon des samouraïs

Le hakama est un pantalon large et plissé, porté au-dessus du kimono. S’il est aujourd’hui majoritairement utilisé dans les arts martiaux ou pendant certaines cérémonies, il était autrefois utilisé par les nobles et les samouraïs. Habit à l'origine mixte, le hakama est devenu depuis le XIVe siècle, un apanage plus masculin. Il continue toutefois à être porté également par les femmes dans le cadre d'activités particulières. Par exemple, la tenue traditionnelle des prêtresses shinto se compose d'un haut blanc et d'un hakama rouge vif.
Dans le cadre des tenues civiles, les femmes l'ont cependant majoritairement délaissé, le remplaçant par la ceinture obi.

Maintenant que vous êtes devenu un expert pour reconnaitre les différents habits traditionnels, vous pourrez choisir celui qui vous conviendra le mieux parmi notre sélection de vêtements japonais. Et si vous avez déjà craqué pour un de nos sublimes yukata japonais, nous vous proposons de découvrir notre guide pour porter le yukata, ou le kimono comme un vrai japonais.


Tous nos kimonos, yukata et leurs accessoires


© 2022 Konjaku · Tous droits réservés.